Journal d'un explorateur noir au pôle Nord
EAN13
9782930601458
ISBN
978-2-930601-45-8
Éditeur
Zones Sensibles
Date de publication
Nombre de pages
160
Dimensions
22 x 14 x 1 cm
Poids
264 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Journal d'un explorateur noir au pôle Nord

De

Zones Sensibles

Offres

Le 6 avril 1909, l’exporateur blanc Robert Peary a conduit une expédition qui, pour la première fois, a atteint le pôle Nord en traîneau à chiens. Dès son retour, il suscite la polémique avec Frederick Cook, un autre explorateur qui, lui aussi affirmait avoir atteint le pôle nord, le 21 avril 1908. La controverse sera tranchée par le congrès des États-Unis, qui fait officiellement de Peary le premier vainqueur du pôle Nord.
Mais l’histoire est tout autre, car ni Cook, ni Peary ne furent les premiers à fouler le sol du « toit du monde ». Matthew Henson est né en 1866 dans l’état du Maryland et décède en 1955 à New York. Fils d’esclaves, après avoir passé plusieurs années à Baltimore, une ville « noire », il fut l’accompagnateur de Peary lors de sept expéditions dans l’Arctique, y compris lors de l’expédition de 1908-1909 qui a atteint le pôle Nord géographique le 6 avril 1909. Après bien des débats, il a été établi que Matthew Henson a bel et bien été le premier homme à atteindre le pôle Nord en 1909. Il faudra attendre 1988 pour que Henson soit officiellement reconnu comme étant le premier à avoir atteint le toit du monde, et l’année 2000 pour qu’il soit récipiendaire de la médaille Hubbard, décernée à titre posthume, une récompense remise par la National Geographic Society pour des distinctions dans les domaines de l’exploration, de la découverte et de la recherche. Pourquoi cette reconnaissance tardive ? Pourquoi, pendant longtemps, Peary reçut seul tous les honneurs, alors que la présence de Matthew fut occultée (quand il est cité, il est réduit à n’être qu’un porteur) ? Pourquoi Peary, à son retour du pôle Nord, fut nommé à des postes prestigieux, alors qu’Henson devint gardien de parking ? Parce que Henson était noir, et les préjugés racistes de l’époque firent douter qu’un Afro-Américain ait pu vivre dans le froid polaire…
S'identifier pour envoyer des commentaires.